You are not authorized to view this resource.
You need to login.
spacer spacer
Advertisement
Japan Digest
France Germany
UK
search
dimanche, 21/09/2014 22:08CET
Accueil
le séisme au Japon
Liens
Événements en France
Évènements passés
Annonce
Insérer annonce
les nouvelles au Japon
Les jeunes Japonais accros à internet
Le Mont Fuji inscrit au patrimoine mondial
Nouveau « réveil des villes », les machi kon
Des personnages célèbres dans les wagons!
Le palais Honmaru du château de Nagoya
Etudions le japonais
Satsuki
Le koinobori (“banderoles de carpes”)
La « maladie de mai »
Les enfants au Japon
Qu'est-ce que l' «Abenomics» ?
Découvrons le Japon Vol.2: la région du Tohoku
Lire les anciens articles
Société
Les habitants après le grand tremblement de terre
L'immobilier au Japon
Le miracle du 1/4 - Notre véritable histoire
La courte vie des gouvernements japonais
Lire les anciens articles
Culture
Invitez vos amis pour un repas «à la japonaise»!
Amusez-vous tous ensemble pour le réveillon!
Les Japonais et les jours fériés
Mangaka Hagio Moto
La culture du hanami
Japon par-ci par-là
Lire les anciens articles
Gastronomie
La recette japonaise
Info Pratique
Shopping en ligne
Quartier Opéra
Les liens utiles
Infos sur le Japon
Information générale
Obtenir le visa
Traitement médical
Moyen de transport
Moyen de communication
Actualités
Photo Japan Expo 09
Photo Japan Expo 08
 
Accueil arrow La culture du hanami


lundi, 12/03/2012 10:00CET

La culture du hanami

La culture japonaise veut que l'on admire les cerisiers au printemps et les feuilles colorées à l'automne. Le hanami, ou le fait de profiter des cerisiers en fleurs qui annoncent la venue du printemps, attire les foules, et chaque année les rassemblements festifs se succèdent nuit après nuit. En février 2012, les températures moyennes de l'archipel étant plus basses que l'année dernière, le bourgeonnement des fleurs est plus tardif, du coup leur fleurissement à Tokyo est prévu pour la fin du mois de mars. Mais quelles sont les origines de cette culture du hanami? Voici donc son histoire.

(Texte: Kei Okishima, Traduit en français : Thierry. C)

Histoire du hanami

Au Japon, les fleurs de cerisier sont le symbole du printemps. Chaque année au mois de mars, l'Agence Japonaise de Météorologie annonce les prévisions de fleurissement de cerisiers à travers le pays. Le Japon s'étendant longuement du Nord au Sud, le fleurissement débute au sud où le climat est plus doux. Tous les ans au début mars, il commence ainsi dans la partie Sud de Kyûshû, puis dans le Nord de Shikoku, dans la région du Kantô et la côte de la Mer Intérieure de Seto, poursuivant dans la région du Hokuriku et du Tôhoku, pour terminer au mois de mai à Hokkaidô. Au Japon, il y a un dicton qui dit : La fleur des fleurs est le bourgeon de la fleur du cerisier - le guerrier est l'homme parmi les hommes. La fleur de cerisier n'arrive à son terme qu'au printemps et que dans certaines régions, disparaît au bout de deux semaines. Ce proverbe signifie donc métaphoriquement que « le meilleur guerrier est celui qui telle la fleur de cerisier n'hésite pas à disparaître soudainement». L'apparence éphémère des fleurs de cerisier est souvent comparée à la fugacité de la vie et constitue chaque année un spectacle très prisé du public, tout en constituant un paysage important à la base du sentiment printanier ressenti par les japonais. Le saké que l'on boit à cette occasion s'appelle d'ailleurs hanamishu (shu=saké), et est également un symbole d’élégance.

Concernant l'origine du hanami, plusieurs théories coexistent. Autrefois, les fleurs des cerisiers étaient un moyen de connaître l'arrivée du printemps et de là indiquaient le début de la période des cultures. Selon cette explication, le sa du terme sakura (fleur de cerisier) signifierait « divinité de la montagne », et kura « le lieu où réside temporairement la divinité de la montagne ». Ainsi, au printemps, la divinité de la montagne deviendrait la divinité des cultures, et descendrait pour devenir la divinité du repiquage du riz, en habitant temporairement dans les fleurs de cerisiers en chemin. A cette époque, les japonais s'asseyaient en cercle sous les cerisiers accompagnés d'offrandes d'alcool divin, ce qui serait à l'origine de la coutume du hanami.

Selon une autre explication, ce sont les rites des nobles qui en seraient à l'origine. En 812, l'Empereur Saga aurait organisé dans le jardin Shinsei de Heiankyô (ancienne capitale et actuelle Kyôto) une fête appelée « hana no en no setsu » (fête des fleurs de cerisier), qui serait dans les registres le plus ancien hanami. A l'époque Nara (710~794), on profitait des pruniers qui venaient à peine d'être introduits de Chine, mais à l'époque Heian (794~1185), une nouvelle culture de la noblesse apparaît du fait de la stabilité politique. L'Empereur Ninmyô (810~850), comme nouveau symbole de cette dernière, fait planter devant sa résidence impériale des cerisiers en place des pruniers, ce que reproduit bientôt l'ensemble de l'aristocratie dans ses demeures. Durant l'époque Heian, les références aux cerisiers augmentent significativement au sein du célèbre recueil de waka Kokin Wakashû. Depuis, lorsqu'on parle de fleurs, on fait référence aux fleurs de cerisiers. On dit qu'à cette époque les plantations de cerisiers allaient bon train à travers la capitale, et à l'occasion du hanami de daigo organisé par Toyotomi Hideyoshi en 1598, on raconte que 700 arbres furent plantés dans l'ancienne région du Kinai (actuelles régions de Nara et Kyôto), et qu'après la construction du temple Sanbôin, une grande fête fût organisée. Environ 1300 personnes y auraient participé, dont son fils Hideyori, son épouse Kitano Mandokoro, ses concubines Yodo et San no maru et autres suivantes. De nos jours, chaque deuxième dimanche d'avril, des processions en magnifiques habits d'époques (Hôtaikô hanami gyôretsu) se déroulent dans les enceintes des temples.

Le hanami de nos jours

La tradition actuelle du hanami proviendrait du soutien apporté par Yoshimune Tokugawa (1684~1751), 8e shogun du bakufu d'Edo (ancienne Tokyo), en faisant pousser des cerisiers sur les digues de la rivière Sumida, la montagne Asuka ou encore Goten, allant même jusqu'à y installer des restaurants pour les badauds venus admirer les hanami. C'est ainsi que les hauts lieux du hanami sont apparus les uns après les autres.

Au Japon, la rentrée des écoles et des entreprises se fait en avril, juste au moment du début du fleurissement des fleurs de cerisiers. A cette période, de nombreuses personnes profitent du hanami. Chaque région dispose de lieux célèbres où s'alignent les cerisiers, et de la fin de l'après-midi jusqu'à la nuit, les collègues et amis se rassemblent et boivent de l'alcool en profitant des fleurs de cerisiers. La course aux endroits ayant des beaux cerisiers étant féroce, une personne du groupe devra se rendre très tôt le matin pour s'affairer à trouver une place et y déposer une bâche bleue pour la réserver.

Parmi les mets notables que l'on déguste à cette occasion, on trouve les hanami dango (brochette de pâte de riz gluant coloré). On profite ainsi des fleurs de cerisiers en mangeant les boules roses, blanches et vertes de ses brochettes, dont l'origine remonte à l'époque d'Edo (1600~1868) et était le plat parfait pour la population durant le hanami. Le rose symbolise la fleur de cerisier et la brise du printemps, le blanc les restes de la neige de l'hiver, et le vert l'armoise, signe d'arrivée de l'été.


  spacer  
RSS
eBook
Promotion
Voyages à la Carte
Météo
TOKYO
16°C
spacer spacer